Vous souhaitez récompenser vos salariés de leurs bons et loyaux services : l’augmentation de salaire n’est pas la seule solution. En effet, vous pouvez augmenter le pouvoir d’achat de vos salariés de façon ponctuelle ou pérenne, immédiate ou différée, sans forcément engendrer de nouvelles charges sociales. Cerise sur le gâteau : en tant que chef d’entreprise, vous pouvez également bénéficier de la plupart de ces dispositifs.

Alternative n°1 à l’augmentation de salaire : chèques cadeaux et bons d’achats

Les bons d’achats et les chèques cadeaux sont simples à mettre en œuvre pour récompenser ponctuellement les salariés à l’occasion des fêtes de fin d’année ou d’autres événements concernant directement le salarié.

Pour être exonérés de charges sociales, les bons d’achat ou chèques cadeaux ne doivent pas excéder 169 euros par salarié et par an en 2019 ou alors être en lien avec un évènement expressément listé et ne pas excéder 169 euros par évènement.

Les chèques culture sont quant à eux, toujours exonérés de charges sociales, dès lors qu’ils ont pour objet exclusif de faciliter l’accès de leurs bénéficiaires à des activités ou prestations de nature culturelle.

Alternative n°2 à l’augmentation de salaire : chèques vacances

Vous pouvez également participer au budget vacances de vos salariés grâce aux chèques vacances. La participation patronale est exonérée de cotisations sociales dans la limite de 456 euros par an et par salarié en 2019.

La part prise en charge par le salarié est calculée en fonction de son niveau de salaire.

Ces chèques vacances permettent d’avoir accès à différentes prestations comme les hôtels, restaurants, loisirs, centre sportifs…

Alternative n°3 à l’augmentation de salaire : le financement d’activités de services à la personne et de garde d’enfants

Pour aider vos salariés dans leur quotidien, vous pouvez aussi participer au financement de :
services à la personne (accompagnement des personnes âgées, entretiens de la maison et travaux ménagers, garde d’enfant à domicile de moins ou plus de 3 ans, soutien scolaire et cours à domicile, petits travaux de jardinage…)
– la garde d’enfant hors du domicile (crèches, garderies périscolaires…).

Les sommes versées sont exonérées de cotisations sociales dans la limite de 1 830 euros par an et par salarié et donnent également droit à un crédit d’impôt de 25 %, quelle que soit la forme de l’aide : chèques emploi service universel (CESU) préfinancés ou aide financière directe.

Alternative n°4 à l’augmentation de salaire : la mutuelle d’entreprise, la retraite et la prévoyance

Concernant les aides durables, vous pouvez augmenter votre participation au contrat de mutuelle. Cette participation ouvre droit à une exonération de charges sociales, plafonnée à 6% du PASS (plafond annuel de la sécurité sociale) et à 2% de la rémunération annuelle brute. En revanche, les sommes versées restent soumises à CSG-CRDS.

Pour assurer un revenu différé ou en cas de souci, vous pouvez également cotiser à un régime de prévoyance complémentaire ou de retraite supplémentaire en exonération de cotisations : parlez-en à votre assureur.

Alternative n°5 à l’augmentation de salaire : le versement d’une aide de secours

En cas de première nécessité, vous pouvez aider vos salariés se trouvant dans une situation de gêne ou, plus globalement, dans une situation digne d’intérêt (par exemple, en cas de décès d’un membre de sa famille).

Cette aide doit être exceptionnelle et est non renouvelable. Elle peut être octroyée en numéraire ou par la remise d’un bien en nature. Elle n’est alors pas soumise à cotisations sociales.

Alternative n°6 à l’augmentation de salaire : tickets restaurant

De façon plus pérenne, l’employeur peut contribuer au repas du midi de ses salariés en leur attribuant des tickets restaurant. La participation patronale, comprise entre 50 % et 60 % de la valeur du titre, est exonérée dans la limite de 5,52 euros par repas en 2019.

Les tickets restaurant doivent être proposés de manière égalitaire à tous les salariés de l’entreprise. Attention, Le titre de restauration ne peut être utilisé que pour régler la consommation d’un repas, de préparations alimentaires directement consommables, de fruits et légumes et dans la limite de 19 euros par jour.

Alternative n°7 à l’augmentation de salaire : voiture de fonction

La voiture de fonction est un moyen fort et visible de récompenser et motiver un salarié. Pourtant l’impact n’est pas neutre : Taxe sur les Véhicules de Société (TVS) et réintégration d’avantage en nature lors du calcul des cotisations sociales sont à prendre en compte pour évaluer l’intérêt de cette solution.

Le véhicule de fonction est mis à la disposition du salarié pour ses déplacements professionnels et personnels.

Alternative n°8 à l’augmentation de salaire : logement de fonction

Autre avantage en nature : le logement de fonction peut constituer une proposition si vous avez des biens à disposition. Le logement de fonction fait partie intégrante de la rémunération du salarié et est donc soumis à cotisations sociales.

La valeur de cet avantage en nature est calculée sur une double base forfaitaire : le nombre de pièces du logement attribué et la rémunération du salarié bénéficiaire.

Alternative n°9 à l’augmentation de salaire : intéressement et participation

Un accord d’intéressement ou de participation, couplé ou non à un plan d’épargne entreprise (PEE) ou à un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO), avec ou sans abondement de l’employeur, permet de distribuer des sommes aux salariés en exonération des cotisations sociales principales et d’imposition, sous certaines conditions et dans certaines limites : parlez-en a votre assureur.

Alternative n°10 à l’augmentation de salaire : la mise en place d’un CE mutualisé

Enfin, un comité d’entreprise augmente le pouvoir d’achat de vos salariés en leur donnant accès à des prix préférentiels sur une multitude de produits et services.

Il n’est pas réservé aux entreprises de plus de 50 salariés : vous pouvez faire appel à un CE mutualisé qui donne accès à des réductions sur la billetterie de divertissement, les loisirs, les vacances… et ce avec ou sans abondement de la société. Ces CE sont accessibles avec ou sans droit d’accès.

En conclusion

Il existe de nombreux mécanismes permettant de valoriser le travail de vos salariés ou le votre en tant que dirigeant sans passer par l’augmentation de rémunération et donc de charges sociales.

Il faut simplement respecter scrupuleusement les règles de mise en place de ces dispositifs : vous les retrouverez sur le site de l’Urssaf  mais le mieux est d’en parler à votre expert-comptable. Si ces alternatives à l’augmentation de salaire constituent de bons leviers d’optimisation des coûts de votre entreprise, il en existe d’autres : pour les découvrir, contactez Ysalis Conseil. Ensemble, nous étudions toutes les sources d’économies potentielles pour optimiser votre rentabilité.