Le business plan, ou plan d’affaires, est un document qui formalise le projet d’entreprise. Indispensable carte routière du dirigeant pour conduire son entreprise au succès, le business plan fait l’objet de nombreux articles et ouvrages. Pourtant, voici 3 idées reçues que j’entends/lis encore régulièrement sur le business plan.

Idée reçue n°1 : le business plan, c’est si on a besoin d’un financement

Si vous êtes à la recherche d’un financement ou d’investisseurs, on vous réclamera votre business plan. En effet, le business plan sert souvent de gage de la viabilité de votre projet d’entreprise. Mais il a également d’autres fonctions que rassurer vos potentiels investisseurs.

La première utilité du business plan est de poser votre projet d’entreprise. Formidable outil de réflexion, il vous permettra de :
– creuser et structurer votre vision d’entrepreneur
– déterminer les points forts et les éventuels risques de votre projet
– établir votre stratégie d’entreprise à moyen terme

Une fois rédigé, le business plan a également pour fonction de communiquer auprès de potentiels partenaires : investisseurs, mais aussi futurs associés, fournisseurs et prescripteurs. Le business plan montre alors l’opportunité que peut représenter l’entreprise pour ses partenaires et rassure sur la capacité à faire face aux éventuels revers de marché ou imprévus divers.

Enfin, le business plan sert à comparer les résultats aux prévisions afin de réagir si l’on observe des écarts. Agissant comme un point de repère ou un outil d’aide à la décision, le business plan peut être suivi à chaque étape prévu du développement de l’entreprise pour mettre en place des actions correctives si les réalisations ne sont pas conformes à ce qui avait été prévu.

Idée reçue n°2 : le business plan, c’est au moment de la création d’entreprise

Si vous êtes en train de créer votre entreprise, vous avez forcément entendu parler de business plan. Etape incontournable de l’entrepreneur, il n’est pourtant pas cantonné à la création d’entreprise.

En effet, tout projet de développement de l’entreprise peut donner lieu à un business plan que ce soit pour aborder un nouveau marché, faire un investissement (et valider si celui-ci sera rentable), ajouter ou supprimer une activité ou un service de son entreprise.

En cas de reprise d’activité, le business plan est également important. Il reprendra alors les données de l’ancienne entreprise et apportera des prévisions en fonction des éléments de l’activité que le repreneur prévoit de conserver ou de modifier.

Enfin, il est important de revenir sur le business plan tout au long de la vie de l’entreprise pour le faire évoluer au gré des résultats, projets et contraintes.

Idée reçue n°3 : le business plan, c’est un document financier

Quand on pense business plan, on pense avant tout aux éléments financiers. Compte de résultat prévisionnel, plan de trésorerie, point mort, capacité d’autofinancement sont bien sûrs des éléments importants de votre business plan. Pour établir cette partie financière, vous pouvez faire appel à votre expert-comptable ou nous contacter. Si vous êtes en création d’entreprise et que votre activité est sans complexité, vous pouvez aussi commencer vos prévisions via des outils en ligne comme celui de Wikicrea (https://www.creerentreprise.fr/plan-financier-previsionnel-excel-gratuit-exemple-telecharger/)

Mais le business plan est bien plus qu’un prévisionnel financier. Il doit également comprendre la présentation du projet et une étude de marché. Au sein de la société Ysalis Conseil, nous avons une approche globale de l’entreprise et nous vous proposons de vous guider dans la rédaction de votre business plan. Voici un exemple des rubriques que l’on peut retrouver avec une approche globale et pratique :
– résumé du projet
– besoin auquel le projet répond
– solution proposée par le projet
– présentation du marché (clients, concurrences, partenaires et fournisseurs)
– équipe portant le projet
– business model argumenté démontrant la viabilité du projet
– stratégie et plan d’actions pour un an
– hypothèses financières
– besoins en financement le cas échéant
– analyse des risques et réponses

Pour être communiqués efficacement, ces différents éléments seront rédigés dans un document synthétique, argumenté, aéré, imagé et adapté à sa cible finale.