Piloter une entreprise, c’est comme conduire une voiture : c’est plus facile avec un tableau de bord qui indique la vitesse et le niveau d’essence. Sinon, c’est l’excès de vitesse ou la panne sèche assurée.

Bien sûr, il est possible de piloter une entreprise sans tableau de bord mais le chef d’entreprise manque alors de visibilité pour prendre les bonnes décisions. Il est donc essentiel de mettre en place des indicateurs qui devront être suivis tout au long de la vie de l’entreprise.

Les grandes entreprises ont un contrôleur de gestion pour mettre en place des tableaux de bord et les suivre mais les petites entreprises doivent elles aussi avoir des indicateurs. Pour le guider dans cette démarche, le chef d’entreprise peut faire appel à un consultant en gestion d’entreprise.

A QUOI ÇA SERT ?

La mise en place d’indicateurs de performance permet de :

  • Analyser les résultats de son entreprise, les comparer aux prévisions et diagnostiquer les écarts ;
  • Anticiper les difficultés éventuelles et corriger les résultats sans attendre le bilan comptable ;
  • Arbitrer et prendre les bonnes décisions pour faire grandir son entreprise en limitant les risques.
  • Grâce à de bons tableaux de bord, le chef d’entreprise gagne en lisibilité de son activité et peut piloter son entreprise sereinement tout en optimisant ses décisions.

En outre, le chef d’entreprise pourra communiquer plus facilement au sujet de son activité, en interne auprès de ses collaborateurs pour une meilleure cohésion d’équipe et en externe auprès de ses investisseurs ou partenaires.

QUELS INDICATEURS ?

Il n’existe pas de tableau de bord standard. Chaque entreprise doit adapter ses tableaux de bord à son activité, ses spécificités et ses besoins. Ainsi, un commerçant analysera son chiffre d’affaires journalier, sa trésorerie et sa marge alors qu’un consultant suivra son chiffre d’affaires mensuel et ses frais de déplacements.

De plus, il est important de ne pas se limiter à l’aspect financier et de mettre en place des indicateurs clés de performances selon quatre angles, les 4 M en anglais :

– Money (ressources financières) : chiffre d’affaires, trésorerie, suivi des postes de charges fixes et variables, marge et rentabilité, capacité de remboursement et solvabilité…

– Men (ressources humaines) : taux de satisfaction du personnel, turn-over, taux d’absentéisme…

– Machine (capacités de production) : délais de fabrication, taux d’utilisation d’un outil, taux de vétusté des équipements…

– Market (positionnement commercial) : visibilité, panier moyen, taux de conversion, taux de satisfaction…

COMMENT FAIRE ?

Pour pouvoir mettre en place des tableaux de bord efficients dans le temps, le chef d’entreprise doit d’abord passer par un diagnostic interne et externe pour connaître ses forces et ses faiblesses ainsi que les contraintes et les opportunités de l’écosystème dans lequel évolue son entreprise.

Le chef d’entreprise pourra alors définir une stratégie et ses indicateurs selon les objectifs qu’il aura établi. La sélection des indicateurs se fait selon la démarche suivante :

– Identifier et définir les objectifs qui découlent de la stratégie retenue (résultats à atteindre)

– Déterminer les facteurs clés de succès (compétences à maîtriser et conditions à respecter pour atteindre les objectifs)

– Choisir les indicateurs (outils de mesure quantitatifs et qualitatifs des facteurs clés de succès)

Il existe différentes catégories d’indicateurs :

–       Indicateurs de résultat

–       Indicateurs de seuil ou d’alerte

–       Indicateurs renseignant sur l’état d’avancement ou de réalisation d’un objectif

Les différents indicateurs mis en place sont alors regroupés au sein d’un document appelé tableau de bord. Pour être efficace, ce tableau de bord doit être fiable, lisible et mis à jour régulièrement. Si l’on suit cette méthodologie, la construction d’un tableau de bord de gestion facilite la remise à plat ou l’évolution de la stratégie de l’entreprise.