A l’heure du tout numérique, la « bonne vieille carte de fidélité papier » peut-elle encore être un outil marketing efficient ? Quelques chiffres pour débuter : 8 françaises  sur 10 ont au moins une carte de fidélité, chaque française en possède en moyenne au moins 3.

Cet outil de fidélisation fonctionne avant tout avec le public féminin et mieux encore avec les consommatrices d’un certain âge qui se disent prêtes à privilégier un magasin si elles sont détentrices de sa carte, uniquement pour bénéficier des réductions associées. Cela laisse donc penser qu’elles ont encore un avenir certain notamment chez les petits commerçants locaux, qui ont tout intérêt à travailler leurs actions de fidélisation pour conforter leur chiffre d’affaires dans un contexte économique plus que morose… 

Même si elles peuvent paraître dépassées pour certains et qu’elles ont un coût parfois élevé pour le commerçant, elles restent l’outil de fidélisation le plus utilisé. Les grosses enseignes  innovent en passant aux cartes de fidélité virtuelles qui permettent un bien meilleur ciblage de leurs clients et développent énormément les programmes de fidélité multi-enseignes. Ce qui semble marcher aujourd’hui, c’est l’appartenance à un club, un groupe, un réseau. A méditer et pourquoi pas à adapter à la petite entreprise moyennant quelques aménagements…